wicked lands

these violent delights have violent ends

imo pectore, (perdrix)

imo pectore ; du fond du coeur


Et ses apothéoses semblent atrophiées d’immuables repentirs.

Revolver avait passé les derniers siècles en pénitence, éreintée de devoir vivre avec le poids de milliers de vies sur ses épaules cristallisées ; pourtant elle n’avait guère déniché le temps de s’attarder sur son cas, l’esseulement provoqué par une éternité de bacchanals excès la prévenant de s’inquiéter à outrance. Jusqu’à ce qu’elle recroise l’ambre de tes rétines, qu’elle se perde dans l’or liquide diaprant tes épaules – jusqu’à ce qu’elle se souvienne de ce qu’elle avait abandonné en s’évadant des tréfonds nécrosés de nemos.

Si elle se languissait du cobalt de la cascade et de l’odeur singulière de l’atmosphère à cet endroit précis, ça n’était rien comparé au manque que tes absences avaient creusé dans le creux à vif de son poitrail – et au final, t’imaginer en danger semblait une torture bien au-delà de toutes celles que vos comparses lui avaient infligé. Plusieurs fois elle avait aperçu le chrysocale de tes pierres, et chacune d’entre elles s’étaient conclue sur sa lâcheté atypique, la poussant à se réfugier dans les confins de ses appartements, à ruminer en boucle sur son incapacité à tenir ses promesses.

Et les dieux savent qu’elle aurait voulu t’extirper de ces enfers dantesques, idéaliste prête à te tirer jusqu’au bout du monde si elle avait le plaisir d’ignorer à quel point la perte cisellerait vos êtres ; impuissante et résignée, elle avait fini par se renfermer sur elle-même et abandonner l’idée-même de te revoir.

Elle aurait pu faire son deuil – accepter une fin sans conclusion, la suspension de vos serments excavés flottant dans l’atmosphère délétère de ces terres putréfiées. Elle aurait pu, si elle n’avait pas cette fois croisé l’or chatoyant de tes yeux hagards, les siens fléchissant dans la surprise ingénue. « Perdrix. » Arrière-goût familier qui s’étale sur sa langue et gangrène son palais ; à croire qu’elle avait un talent certain pour fuir, mais pas éternellement. « Tu as l’air… D’aller bien. » Et si la ville continue d’avancer, les passants se bousculant pour s’étioler devant des marchandises fortuites, elle semble se figer face à ta si petite personne, la trachée bloquée sur quelques discours préparés – qu’elle a malencontreusement oublié.

Alors elle t’attire au creux d’une ruelle plus sûre mais surtout plus sombre, les lèvres craquelées dans un sourire mal assuré. « Qu’est-ce que tu fais ici ? C’est un quartier dangereux, surtout pour toi. » Sa main glisse, instinctive, vers la courbe tendre de ta joue ; s’arrête à mi-chemin pour s’échouer le long de sa taille maigrichonne. Elle inspire, inutilement. « M’aurais-tu oubliée, Diamant ? » L’inquiétude suinte le long de ses syllabes, chaque phonème articulé à outrance – l’immortelle craint, quelque part, d’avoir été annihilée de tes souvenirs fragiles.




Sam 11 Aoû - 0:52
avatar
habitation :
une villa retapée dans l'est, au milieu de nulle part
affiliation :
anké -- cheffe du secteur d'atropos, la force armée de l'affiliation. elle supervise aussi les voleurs et peut parfois aider à dénicher des logements convenables.
particularités :
bénédiction // morphée -- capacité à s'infiltrer dans les rêves d'autrui et d'y implanter ou retirer une information, une idée.

gemme // saphir padparadscha (9) -- la pierre est imbriquée au creux de sa paume droite.

ce que dit la bouche d'ombre (revolythe) // imo pectore (revodrix) // mélancolie cruelle (revelion) // catharsis (revodèle)
avatar :
zero two- ditf (cara delevingne) + pleocchi
Messages :
226
Date d'inscription :
10/07/2018
kosmo
Les chants des oiseaux résonnent au loin couvert pour le tumulte de la ville. Le ciel azur s’étire à perte de vue. Quel beau temps estival pour une promenade. Perdrix jeune enfant erre dans les rues sans but. Dans le dédale formé par les maisons, il déambule léger. Il aimerait chanter son amour pour cette terre qu’il chérit du plus profond de son être mais ici n’est pas la place pour ces déclarations. Les maisons s’enchaînent, elles semblent s’enlacent pour ne pas laisser à la nature le droit de reprendre sa place. Il s’arrête devant une devanture, un magasin de sucreries. Il regarde avec une gourmandise enfantine la vitrine aux mille couleurs. Oh il aimerait croquer dans ces sucreries, laisse fondre le saccharose dans sa bouche rose. Mais il n’en a pas besoin. Lui n’a besoin que de son cher roi Soleil qui l’enveloppe de ses caresses chaudes et dorées. Perdrix hésite à entrer. Perdrix est tiraillé. Il sait qu’il n’en a pas besoin mais il en a envie. Il finit par craquer après quelques minutes d’intenses réflexions. A l’intérieur de la boutique les effluves sucrées s’engouffrent dans son nez. Trop d’informations subtiles à traiter pour son odorat qui se retrouve saturé. Il choisi rapidement quelques sucreries aux couleurs chimiques et repart, heureux de son achat.

Il continua à déambuler en portant à sa mouche machinalement les sucreries. Puis il croit entendre une voix connue. « Perdrix » Il se retourne pensant reconnaître la voix d’une gemme qu’il a si bien connu autrefois. Ô Perdrix dans cette fraction de seconde semble tant perdu. Il cherche dans les méandres de sa mémoire l’appartenance de cette voix cristalline. Il a envie de pleurer, de s’effondrer sur le sol. Il craint de ne pas mettre un nom. D’avoir encore oublier, comme toujours. Pourtant cette silhouette est si reconnaissable tout comme ce saphir padparadscha. Il hésite à parler, il bute sur le mot important. Le nom du saphir. Il est si heureux de la reconnaître, de s’en souvenir. Il répondit dans un souffle, presque inaudible : « revolver ». Il l’a détaille du regard, elle ne semble pas avoir changé - du moins physiquement - depuis leur dernière rencontre... L’oiseau jaune s’affole, il ne se souvient pas de leurs derniers adieux, de leurs dernières paroles. Il passa sa main sur son visage d’albâtre pour relever une mèche de sa chevelure d’or. Il murmure doucement - sa voix cristalline toujours couverte par le cohue de la ville - : « je crois que je ... ».

Il n’a pas le temps de finir sa phrase que le saphir l’attire brusquement - trop - hors de la place. Surpris, il lâche son sachet de friandises qui s’écrase contre l’asphalte. Il ne résiste pas Revolver, oh non, car dans ses souvenirs il lui a toujours fait confiance. Alors pourquoi se méfier ? Elle sourit. Il répond aussi avec un faible sourire timide qui fleurit sur son visage candide. Il répond timidement à la gemme : « Revolver... je me souviens de toi saphir padparadscha » Il tremble un peu face à elle. Face à celle, qui comme lui, foule les terres des hommes depuis de nombreux siècles. Il serra la main du saphir tendrement, ému de retrouver une si vieille connaissance. Il continue de manière candide, comme un enfant qui ne se rend pas compte des dangers qu’il court : « Je voulais juste aller acheter des bonbons ». Ô Perdrix ton innocence et ta naïveté te perdront comme ils t’ont déjà arraché des morceaux fragiles de ton corps, tes éclats de ta mémoire.


(( @revolver <3 ))
Mar 14 Aoû - 16:01
avatar
habitation :
Un cottage au bord de la mer - très charming comme bâtiment
affiliation :
Nemos - { rang inutile }
particularités :
Diamant jaune au niveau de T7 ; ancré au niveau du processus épineux ; éclatante pierre au couleur du soleil
avatar :
Afuro Terumi - inazuma eleven { paradis }
Messages :
80
Date d'inscription :
26/07/2018
kosmo
imo pectore ; du fond du coeur


de tes élytres fragiles tu sembles brasser l’air autour d’elle et arracher celui qui s’accumulait dans ses placebos de poumons -- elle se sent si humaine, le souffle coupé et la gorge congestionnée d’un cocktail d’inquiétude et de culpabilité coupante. “je me souviens de toi, saphir padparadscha.” et comme son nom semble doux sur le bout de ta langue, elle qui s’en était émancipée dès l’instant où la gachette avait été pressée. revolver contre sa tempe, même lorsqu’elle te toise de ses pierres ardentes, même lorsqu’elle se perd dans le soleil de tes rétines ingénues.

je voulais juste aller acheter des bonbons.” ses lippes se pressent en une ligne blanchie de souci, l’émotion coulant dans les détroits hasardeux de ses veines inclusives ; la gemme laisse un rire gratter le fond de sa trachée et sa main, naturelle et animée de l’habitude des années, s’élève pour caresser le sommet de ton crâne enfantin. “désolée, ils sont tombés à cause de moi, non?” elle pousse l’audace jusqu’à déposer un tendre baiser contre ton front de petit garçon et ses doigts s’accrochent aux tiens, les serrant dans la tendresse si particulière qu’elle n’a su expérimenter depuis tant de lustres.

on va.. on va aller t’en racheter. pour m’excuser.” la suspicion coule d’entre ses lèvres entrouvertes, revolver peu assurée de te laisser seule au coeur de cette fosse aux lions -- l’ouest n’aura jamais eu à ses yeux la valeur de repère, pas plus que d’endroit sûr. aussi s’accroche-t-elle fermement (mais délicatement) à tes phalanges graciles, t’attirant une seconde fois à sa suite. moult questions s’agitent à la lisière carmine de ses lèvres, sans qu’elle ose les poser.

c’est dans un silence plus ou moins confortable qu’elle te fait glisser sur les pavés du marché, t’enjoignant à l’arrêter dès lors qu’un commerce attirerait ton attention. “et donc… que deviens-tu, perdrix?” l’intérêt honnête et arraché à même la source, à la manière d’une gemme aux inclusions fraîches et flambant neuf. “es-tu toujours dans le sud?” cette fois c’est l’appréhension qui suinte entre ses syllabes, motivée par les cicatrices que les terres kosmo avaient laissé sur leur sillage.
as-tu changé?” bénédiction impliquée, bien qu’aucune excroissance ne semble fleurir à la surface frêle de ton derme pâle. l’effroi fait faiblir ses phonèmes, la prise sur ta main inconsciemment raffermie. elle en soulèverait tout anké contre les gemmes, s’ils avaient osé poser leurs doigts impis sur tes pierres.

@perdrix dsljdkh j'ai mis une éternité snif




Sam 8 Sep - 12:52
avatar
habitation :
une villa retapée dans l'est, au milieu de nulle part
affiliation :
anké -- cheffe du secteur d'atropos, la force armée de l'affiliation. elle supervise aussi les voleurs et peut parfois aider à dénicher des logements convenables.
particularités :
bénédiction // morphée -- capacité à s'infiltrer dans les rêves d'autrui et d'y implanter ou retirer une information, une idée.

gemme // saphir padparadscha (9) -- la pierre est imbriquée au creux de sa paume droite.

ce que dit la bouche d'ombre (revolythe) // imo pectore (revodrix) // mélancolie cruelle (revelion) // catharsis (revodèle)
avatar :
zero two- ditf (cara delevingne) + pleocchi
Messages :
226
Date d'inscription :
10/07/2018
kosmo
imo pectore, (perdrix)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Défis n°15 pour tous...
» Pour Cendre ( en remplacement de la perdrix 8D) ♪
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum