wicked lands

these violent delights have violent ends

ce que dit la bouche d'ombre, (blythe)

ce que dit la bouche d'ombre


Ses pas hasardeux l’avaient guidée jusqu’à l’hécatombe des Terres, talon enfoncé dans la roche érodée d’une côte aux allures de salvation ; c’est qu’elle en aurait trébuché de la lisière, curiosité attisée par la perspective surréaliste de s’envoler, pour une fois. Mille et une autres elle se serait écrasée, s’éreintant dans la gorge rocailleuse de la falaise. Et le saphir aurait éclaté, ses souvenirs éparpillés dans les crasseuses eaux d’un océan qu’aucun kosmo n’aura su purifier.

C’est agrainée d’un but singulier qu’elle s’enfonce dans la forêt, chevilles hagardes sous la caresse taquine des herbes sauvages – ainsi Revolver s’égare entre deux arbres millénaires, effleurant leur éternité de ses pierres immortelles ; la crasse nécrose ses semelles, la vie grouille par-dessous ses pieds et elle ferme les yeux, soumise à l’attraction irraisonnée d’un souvenir déformé. Songes d’une autre, cauchemars apatrides aux bordures illusoires. Revolver a vu une fuite, a senti la panique propre aux échappatoires clandestines qui l’avaient aiguillée par-delà bords troubles du territoire kosmo ; alors elle se laisse fondre sur des terrains qu’elle connaît par cœur, les fiefs de l’est s’étendant devant ses obsidiennes esseulées.

La spontanéité pulse dans ses veines quand elle presse le pas et un pic d’inquiétude pourfend son poitrail, la suractivité de ses inclusions faisant s’épandre le rougeoiement des excroissances maudites – la gemme suit ses instincts et ses sens, jusqu’à ce qu’enfin la dépouille spasmodique de cette enfant qu’elle suivait en rêve, en dépit de la dégradation de son état. Eclats de pierres crachés du bout de ses lippes craquelées, contre ton derme chaud ses serres se pressent et Revolver te hisse sur son épaule, fléchissant malgré elle sous le poids inconscient de ton âme tourmentée.

Les nébuleuses aphones pour seuls témoins, sous le regard chaud de leur lune souveraine, Padparadscha t’entraîne jusqu’à ses propres quartiers, soucieuse des ecchymoses fleurissant sur tes chairs tendres. Elle ne fut jamais taillée pour la guérison, plus apte à déchirer qu’à réparer ; pourtant les touchers sont délicats, des premiers secours portés à ton exuvie à vif.
Alors la séraphine te couve de son attention sans sommeil, au pied de ton lit elle s’éreinte à te prodiguer ce qu’elle espère être les soins adéquats – et attend, patiente, que tes yeux s’ouvrent à nouveau sur un monde dont elle te suppose apatride.

@blythe ^^




Sam 11 Aoû - 12:29
avatar
habitation :
une villa retapée dans l'est, au milieu de nulle part
affiliation :
anké -- cheffe du secteur d'atropos, la force armée de l'affiliation. elle supervise aussi les voleurs et peut parfois aider à dénicher des logements convenables.
particularités :
bénédiction // morphée -- capacité à s'infiltrer dans les rêves d'autrui et d'y implanter ou retirer une information, une idée.

gemme // saphir padparadscha (9) -- la pierre est imbriquée au creux de sa paume droite.
avatar :
zero two- darling in the franxx (cara delevingne) + self
Messages :
181
Date d'inscription :
10/07/2018
kosmo

Ténèbres vénéneuses enserrant la carcasse juvénile, ténèbres vénéneuses susurrant des mélopées vipérines aux tympans infantiles ; la glace fleurissait sous cette chair opaline, fossilisant l’hémoglobine et les fibres s’enchevêtrant sous son être, chaleur traitresse désertant ce corps asthénique et ces jades humides. Parfois l’âme putréfiée fantasmait sur l’accalmie d’une mort subite, songeant aux sensations enfantées ; sérénité dodelinant son esprit estropiée, balafres cicatrisées par la caresse du décès. Mais l’espoir, parasite pulsant mollement à travers son palpitant, ensemençait par occasion des songes insolites, aux teintes vives et contours fabuleux ; tapis verdoyants nappant ce marbre froid, torrent de flots indigo inondant cette bâtisse austère. Et si les rêves d’obsidienne gangrénait la vigueur de cet espoir bourgeonnant, il subsistait malgré tout, maudit cafard échappant inlassablement la semelle des abysses.

Mais lors d’un crépuscule fatidique, une irisation martela ses émeraudes délavées ; porte entrouverte laissant ruisseler une luminescence curieuse, dont les doigts chatoyants tâtèrent chaque aspérités de cette pièce enténébrée. Et le brasier de l’espoir se vivifia de plus belle, flambée rougeoyante valsant au creux du poitrail ; pas timides se suppléant méthodiquement, pas timides tâtonnant le macadam pour finalement trouver la terre malléable. La vélocité actionna ses enjambées effrénées, engouffrant l’enfant ébène dans la trachée d’une forêt sibylline.

Oxygène s’éclipsant progressivement des artères bouillantes, oxygène déguerpissant les caniveaux de son encéphale ; affliction contorsionnant douloureusement les muscles, affliction incurvant maintes fois les genoux sanguinolents. Mais l’adrénaline pulsant à travers ses veines estompa momentanément ses peines, allouant au corps vacillant quelques mètres de plus ; carcasse déficiente se morcelant finalement sur un matelas rocailleux, impact véhément balafrant la chair albâtre, hémoglobine vermillon s’amalgamant aux reflets grisâtres. Les respirations sonores sillonnèrent péniblement sa gorge, mais la souffrance ankylosant son être semblait moindre face aux sensations éprouvées ; fragrances de pins et âcreté du carmin criblant ses narines, mélopée des oiseaux et clapotis de l’eau submergeant ses tympans, scintillement radiant et sol verdoyant conviant ses prunelles. Effervescence de vie abritant cette pinède esseulée, effervescence de vie vibrant au creux de son âme ulcérée ; mais le rideau d’ombre nappa ce spectacle éclatant, Morphée dérobant finalement la sylphide accablée.  

•••

Opalescentes olivâtres se déboutonnant péniblement, territoire inconnu logeant son corps disloqué ; confusion parasitant graduellement la cervelle tourmentée. Un mugissement carillonna au creux de sa trachée face à l’affliction éprouvée, posture assise parvenant à décélérer les gerbes de douleur. Mais la vision atypique d’une crinière dragée instilla une surprise cyclopéenne, talonnée d’une méfiance virulente ; impulsion véloce raidissant ses jambes et chacune de ses vertèbres, phalanges empoignant une lampe à proximité.

Animal estropié toisant le saphir framboise.

T'es qui ?

@Revolver j'editerais ce code honteux des que le tps me le permettra BISOUS
Dim 12 Aoû - 17:36
avatar
habitation :
studio modeste aux périphéries de l'ouest.
affiliation :
voleuse aux côtés d'anké.
particularités :
héra la souveraine bénit l'enfant ébène d'une malédiction singulière : corrompre les âmes, fatale faveur consciencieusement manœuvrée par sa réincarnation pandore.
avatar :
naoto fuyumine (ced-cchi + devotion bb) & phoebe tonkin
Messages :
53
Date d'inscription :
25/07/2018
yvridio
ce que dit la bouche d'ombre, (blythe)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveaux profils : Roi-Sorcier et Bouche de Sauron
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Bouche à oreille - Participez à populariser le projet
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum