wicked lands

these violent delights have violent ends

livraison de banalités || Corbeau

livraison de banalités

Chaleur d'un après-midi délicat, les plantes tanguent et ondulent, les plantes t'appellent et te supplient, alors que tu passes auprès d'elles, elles te demandent de les arroser. Facture d'eau toujours trop élevée, tu cèdes à l'appel végétal, te saisissant de l'énorme arrosoir gris, venant offrir à toute la verdure ce qu'elle te réclamait.
Une heure que ça te prends de toutes les arroser, les voyant pousser sous tes yeux alors que tu ne le leurs a rien demandé. Si compliqué après de devoir les raccourcir, les tailler, leur expliquer que tu as besoin de vivre dans un espace où leurs branches ne traîneraient pas, où leurs feuilles ne tomberaient pas. Mais tu ne peux t'empêcher de les aimer, de tout cœur, comme tu ne pourrais aimer rien d'autre au monde.
Les tomates sont si rouges et gorgées de vie, que lorsque tu les ôtes c'est presque comme si tu entendais les branches souffler de soulagement. Certains fruits sont si durs à porter, si compliqués à maintenir, et tes plantes te remercient lorsque tu les soulages de leurs fardeaux juteux.
Quatre énormes corbeilles sont déjà préparées, débordant de couleurs flamboyantes, débordant de vie. Corbeau et ses acolytes anké ne devraient pas tarder à venir, récupérer la cargaison si souvent réclamée. Mais c'est qu'ils payent bien, les anké, alors se plaindre n'est pas de mise.
De plus Corbeau reste toujours après leur départ, agréable amie qui tu ne réalisais pas t'avoir autant manqué. Les tasses sont prêtes pour votre petit thé, tout comme ses demandes personnelles en différentes feuilles, déjà séchées. Délicatement emballées dans un sachet inodore, tu les poses sur la table au moment où à ta porte l'on sonne.
Le panneau blanc est ouvert largement et alors que tu laisses entrer les gros-bras, tu souris largement à ton amie. Cela faisait un peu plus longtemps que d'habitude qu'elle n'était pas venue sous ton toit, et tu te demandes bien pourquoi.
J'ai cru que j'allais plus te revoir.
Sourire qui se transforme en petite grimace amusée, alors que tu lui fais geste d'entrer.

Il y a toujours un fond d'espoir pour l'humanité.
Dim 5 Aoû - 13:39
Coré
habitation :
Appartement dans l'Ouest
affiliation :
Soldate pour l'Institut || Dealer pour anké et autres
particularités :
Rousse. A des tournesols sous la peau des épaules et hanches.Bénie par Déméter.
avatar :
SunFlower de Fukari
Messages :
34
comptes :
Coré // Hyacinthe
Date d'inscription :
26/07/2018
yvridio
Livraison de banalitésCorbeau & Coré
c’est avec soin qu’elle avait choisit ses partenaires, corbeau. comme un plumage qu’il fallait sélectionner avec soin, lisser, entretenir, et surveiller. des clothos, elle en avait désigner quatres. pour cette mission, il lui fallait des hommes de confiance.
ou bien des subordonnées qui gardaient le silence.
parce que derrière cette mission banale où les anké récupérait des vivres, il y avait autre chose. pour corbeau, il s’agissait avant tout de retrouvailles.
« récupérez les corbeilles et ramenez ça au QG. faites attention. je vous rejoins plus tard, j’ai quelque chose à faire. »
les ordres claquent. les anké obéissent. elle sait qu’ils ne poseront pas de questions et qu’ils vont se contenter d’obéir aux ordres. c’est pour cela qu’elle les a choisit pour cette mission.

et puis l’oiseau disparaît pour rejoindre son amie, abandonnant ses sous-fifres au travail manuel. la remarque de coré lui arrache un sourire.
« hahaha. désolée, coré. on m’empêche un peu de vagabonder depuis que j’ai été promue. »
depuis qu’elle est devenue bras-droit, corbeau a un peu abandonné le bataillon d’exploration. ses nouvelles obligations la forcent à rester au sein de l’affiliation pour gérer la branche des clotho.
« mais j’arrive quand même à m'émanciper, de temps en temps. tu sais que je ne suis pas facile à mettre en cage. »
un clin d’oeil accompagne la confession. la jeune femme s’installe en face de son amie. ça lui fait plaisir de la voir, cela faisait bien longtemps. et puis, en ce moment, elle en a besoin, corbeau. la pression des responsabilités au sein d’anké, les nouveaux à accueillir et les bataillons à gérer… elle a besoin de souffler. définitivement.
« bon et toi, comment va ?  »
elle porte la tasse de thé à ses lèvres, laissant le liquide chaud couler dans sa gorge.
« ça se passe comment, à l’institut ? »
parce que coré, elle est de ceux qui mènent un double jeu. soldate chez eskeia, elle n’en est pas moins dévouée à anké. et corbeau quand elle voit ça, elle est contente. contente de voir que son amie à finalement réussie à s’échapper des griffes de l’institut. bien sûr, corbeau préférerait la voir dans l’est, avec eux… mais elle se contente du rôle de coré pour l’instant. avoir un agent double, ce n’est pas si mal.
« ah et, merci pour l’herbe. j’en avais besoin. »
ricanement nerveux. nouvelle gorgée pour chasser le stress. elle est contente d’être venue la voir, corbeau. elle en avait besoin.
©️ 2981 12289 0
Ven 10 Aoû - 0:46
Corbeau
habitation :
dans un sous-sol à caetus
affiliation :
ancienne enfant d'eskeia, elle est maintenant dévouée à anké
particularités :
elle est trop bonne et en plus elle a une belle voix
avatar :
Noodle - Gorillaz
Messages :
39
Date d'inscription :
29/07/2018
yvridio
livraison de banalités

Rire tendre alors que la main effleure à peine l'épaule, tu l'accompagnes vers la table où sont disposées les tasses délicates. Tu comprends les responsabilités qui la ceignent, qui l'enchaînent, ces filaments privateurs de ses ailes qu'elle déteste autant qu'elle les craigne. Mais il y a des choses qu'elle n'énonce pas haut, et tu préfères passer sous silence tes réflexions ardues.
Tu n'as jamais été facile à dompter, Corbeau.
Sourire amusé en échange du clin d'oeil, le fauteuil absorbe tes courbes comme si tu n'étais que simple plume déposée au creux de la paume tendre des coussins enchantés. La tasses cogne contre tes dents, te faisant froncer les sourcils, car tes mains sont un peu ankylosées d'avoir eu tout à préparer. Mais le travail n'attend jamais et tu sais bien que ce n'est qu'éphémère et que la douleur n'est qu'illusoire.
Le liquide amer emplit ta bouche et tu t'en délectes avant de répondre à ton amie. Son visage illuminé par la baie vitrée te rassure et te ravit, car il est si rare que vous vous retrouviez et tu es plus qu'heureuse que cette amitié ne se soit pas effacée.
Toujours pareil. Et pour l'Institut, je t'avoue, que je n'en sais pas grand chose de plus. Il y a de nouvelles recrues, paraît-il. Mais je suis entrée en contact avec quelqu'un qui... Pourra me renseigner. Et peut-être m'aidera à enfin les quitter.
Pincée de culpabilité à la pensée de Karkinos dont tu uses comme s'il ne s'agissait que d'un vulgaire objet. Ta bienveillance en prends un coup et tu te plonges dans ton thé, évitant les regards jusqu'à ce que l'herbe offerte soit abordée.
J'en ai eu un peu plus cette année donc tu as une quantité plus grande que ce pour quoi tu avais payé. J'ai découvert un petit coin où elle aimait beaucoup pousser, donc je pense que ça la ravie !
Sourire flamboyant dès que la nature est abordée, tu indiques du coude une étagère branlante accolée à la fenêtre, où de grands pots se prélassent sous l'astre lumineux se glissant par le verre transparent. Tes yeux se tournent vers ton amie, et soudain ton regard se fait plus attentif.
Tu sais, si les choses vont mal ou que tu as besoin d'une pause, j'aurais toujours de la place pour toi sous mon toit.
La tasse résonne sur son assiette, alors que tu poses ta main sur la table, tendue vers elle, en signe de réconfort et quelque part de fidélité.

Il y a toujours un fond d'espoir pour l'humanité.
Sam 18 Aoû - 22:03
Coré
habitation :
Appartement dans l'Ouest
affiliation :
Soldate pour l'Institut || Dealer pour anké et autres
particularités :
Rousse. A des tournesols sous la peau des épaules et hanches.Bénie par Déméter.
avatar :
SunFlower de Fukari
Messages :
34
comptes :
Coré // Hyacinthe
Date d'inscription :
26/07/2018
yvridio
Livraison de banalitésCorbeau & Coré elle laisse échapper un petit rire soufflé d’entre ses lèvres étirées. pas facile à dompter... la remarque de son amie lui donne comme une bouffée de fierté. « j’espère que je ne le serais jamais. » elle ne tient pas à perdre ce côté incontrôlable, ce côté sauvage. elle y tient trop, à son libre arbitre. azura sans liberté ne serait pas corbeau. et un corbeau en cage ne pourrait plus voler. rien de pire, pour un oiseau.
elle les aime, ses grandes ailes noires. jamais elle ne souhaite qu’on lui les brise. alors savoir qu’on reconnaît son tempérament fougueux indomptable, ça la rend vraiment fière. s’il y a bien une chose qu’elle veut qu’on retienne d’elle, c’est ça.
sa liberté.
coré l’a bien compris, et rien ne peut plus faire plaisir à corbeau que cette reconnaissance.
alors elle sourit.

tout en buvant son thé, elle écoute avec attention les dires de son amie. évidemment, elle est un peu déçue d’apprendre que coré à du mal à acquérir des informations sur l’institut. cela dit, corbeau arrive à placer ses attentes de côté, et est avant tout inquiète. coré est une taupe. une espionne cachée parmis eskeia à la solde d’anké. elle est donc dans une position dangereuse, et corbeau n’ose imaginer ce que ses ennemis lui feraient subir si ils découvraient la vérité.
enfin, si elle ose.
elle sait très bien ce qu’il se passerait.
et elle refuse que cela arrive.
elle ne veut plus perdre personne. elle a déjà suffisamment donné.  il est donc inconcevable que coré cède au main d’eskeia et en subisse les conséquences. alors savoir que malgré les risques qu’elle prend, elle n’arrive pas à obtenir énormément d’informations… cela attriste corbeau. à quoi bon mettre sa vie en danger pour si peu ?

pourtant corbeau sait pourquoi. coré n’a pas encore totalement brisé les chaînes qui la retienne. certaines subsistent encore. alors l’attention de corbeau est décuplée quand son amie lui évoque un tierce personne capable de l’aider à lever le pied. « ah ? une personne au sein d’eskeia ? d’anké ? » elle demande corbeau, parce qu’elle est aussi curieuse que méfiante.
elle sait que quitter l’institut ce n’est pas facile à faire. surtout dans la situation de coré. pour corbeau, ça a été plus simple. elle avait dix-huit ans et rêvait de son émancipation depuis bien trop longtemps. et puis, albatros n’était plus là alors rien ne la rattachait vraiment à l’institut.
à part ses quelques amis.
comme coré.
« je ne veux pas paraître protectrice. » elle ne l’est pas de toute façon. « mais soit prudente, d’accord ? » sourire entendu. la discussion change pour la marchandise. corbeau a toujours du mal à concevoir le lien qui unit son amie et les plantes. elle, elle ne les entends pas, elle ne les ressent pas et elle ne leur parle pas. alors écouter coré en parler comme si elles étaient des êtres vivants doté d’une conscience… ça lui fait toujours un peu bizarre. même si elle n’en doute pas une seule seconde. « et bien tant mieux pour elle... je suppose ! » elle rit légèrement. qu’elle pousse encore longtemps. parce que même si corbeau n’y comprends pas grand chose en terme de jardinerie, il faut dire que cela reste tout de même très agréable à regarder. il suffit de voir l’appartement de coré.

celle-ci pose alors la main sur la table dans sa direction. corbeau plonge ses yeux sombre dans les siens, reconnaissante. elle n’est pas du genre à montrer des signes d’affection à ses pairs, mais ce n’est pas pour autant que le geste ne la touche pas. alors, pour coré, elle veut bien faire un effort.
elle dépose sa tasse sur la table puis pose sa main par dessus la sienne. « merci, coré. » elle reprend sa main, sans pour autant briser le contact visuel établit. « et toi si tu as le moindre problème, n’hésite pas. je serai là. »
coré est au soutien émotionnel de corbeau ce que celle-ci est au soutien physique.
« je veux dire, vis à vis d’eskeia, de la guerre, ou d’autres ennuis… » elle soupire, un peu gênée. « je ne suis pas douée comme toi pour remonter le moral des gens et leur donner mon soutien pour leur problème psychologique. mais s’il y a un problème, moi et clotho, on sera  là pour te défendre. »
et ça résonne comme une promesse. « toi aussi, tu peux compter sur moi. »
©️ 2981 12289 0
Dim 26 Aoû - 17:41
Corbeau
habitation :
dans un sous-sol à caetus
affiliation :
ancienne enfant d'eskeia, elle est maintenant dévouée à anké
particularités :
elle est trop bonne et en plus elle a une belle voix
avatar :
Noodle - Gorillaz
Messages :
39
Date d'inscription :
29/07/2018
yvridio
livraison de banalités

Les mains crissent sur la paroi de porcelaine alors que la question tombe, en dire plus serait-ce mettre en danger celui qui pourtant ne t'a fait aucun mal ? Tu hésites, les yeux perdus quelques instants entre deux plantes aux fleurs orangées, dont les teintes te rappellent les citrouilles cultivées autrefois.
C'est quelqu'un d'eskeia. Il croit pouvoir me faire changer de poste, mais en réalité, je compte les quitter avec son aide inconsciente.
Le regard se pose sur Corbeau, voudra-t-elle que tu continues de prendre des risques, que tu acceptes la promotion, que tu ramènes plus d'informations ? Tu ne sais pas, tu te sens prise entre deux feux, toi, fille de la terre qui craint la flamme dévastatrice. Mais Corbeau te demande de faire attention et tes joues se colorent légèrement, les plantes bruissent discrètement, car son attention à ton égard est si agréable à saisir, si subtile et si délicate, comme la caresse d'une de ses plumes noires comme la nuit.
Son rire te détend et tu es heureuse de voir qu'elle répond à ton affection, qu'elle t'offre tant d'elle que tu ne sais plus où te mettre. Les paroles résonnent alors que tu souris légèrement, consciente du prix qu'elle a à payer pour ces propos, et tes yeux sont ceux qui rompent le contact visuel, qui s'effacent sous les siens, qui se détournent pour se plonger dans la couleur soyeuse du thé. Tu te fais nostalgique d'un coup, face à toutes ces marques d'amitié tendre et simple, bribes mémorielles venant caresser tes pensées de leur voile léthargique.
Tu te souviens comment c'était, là-bas ?
Pas de doute que c'est de l'Institut que tu parles, de ses murs froids, de ses murmures cruels. Et pourtant, parmi ces parois indignes, il y avait trois enfants, heureux, joueurs, aimants. Mais aujourd'hui, c'est différent.

Il y a toujours un fond d'espoir pour l'humanité.
Sam 1 Sep - 12:26
Coré
habitation :
Appartement dans l'Ouest
affiliation :
Soldate pour l'Institut || Dealer pour anké et autres
particularités :
Rousse. A des tournesols sous la peau des épaules et hanches.Bénie par Déméter.
avatar :
SunFlower de Fukari
Messages :
34
comptes :
Coré // Hyacinthe
Date d'inscription :
26/07/2018
yvridio
livraison de banalités || Corbeau
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kyoshi Alma, ou " Visage de corbeau " ( terminé )
» Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? [William Mary Hufflestring]
» Comme un corbeau...
» La Plume Noire, poète corbeau [Troubadour]
» Présentation du Corbeau [Luz]
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum