wicked lands

these violent delights have violent ends

derniers souvenirs - asphodèle


Cela devait être un jour comme les autres, un de ces jours qui ressemblent tant aux autres que l’on ne pouvait pas les différencier, un de ces jours qui fondent dans notre mémoire. Pourtant en se levant Perdrix ne savait pas que sa vie allait changer. L’enfant quitta l’appartement de Suzy alors que l’aube venait à peine de pointer à l’horizon. Il ne savait pas encore ce qu’il allait faire dehors, seul. Mais il sentait qu’il devait se lever et s’éloigner de la ville. C’était une idée qui germa dans son esprit à son éveil, une idée qui l’avait obsédé lorsqu’il faisait semblant de prendre son petit-déjeuner. Il marcha dans les rues encore désertes. Il regarda les grands immeubles aux volets fermés et soupira ; son cottage au bord de la mer lui manquait. Le bruit des vagues, l’air iodé, le vent… Tout lui manquait. Pourtant il aimait bien le Nord avec sa grande métropole, avec ses immeubles immenses, avec tous ces personnes qui grouillent. Cela changeait drastiquement de sa petite vie d’ermite qu’il menait depuis longtemps… trop longtemps.

L’enfant prit le premier métro en direction des extérieurs de la ville. Il avait envie de retrouver un bout de nature au milieu de cette jungle en béton. Juste un peu de verdure, de fleurs dans ce pôle envahi par la technologie. Perdrix était loin d’être réfractaire au progrès mais les hommes construisaient beaucoup trop. Il avait ce sentiment en regardant les tours de béton qu’il avait échoué quelque part. Mais il ne savait pas ce qu’il avait raté. Oh qu’il se sentait vide, si vide ! Il lui manquait quelque chose. Mais quoi ? Il ne savait pas. Il donna un coup de poing contre la paroi métallique du métro. De colère. Perdrix n’était pourtant pas du genre à être en colère, il laissait glisser ses émotions trop violentes sur son visage lisse et souriant. Il avait oublié ! Ô désespoir, il avait oublié. Lui qui avait dû voir tant de choses, qui avait vu passé des générations de mortels, lui qui ne devait pas oublié à perdu ses si précieux fragments de mémoires. Les larmes coulèrent lentement sur son visage d'albâtre. Il continua à pleurer doucement son désarroi. Une voix synthétique retentit, il était arrivé à destination. Il quitta le wagon et remonta à la surface. Le soleil avait bien continué sa course dans le firmament, il commençait à pointer son nez au dessus des bâtisses les moins hautes. Perdrix arriva au parc. il pénétra dans ce lieu sacré pour lui. Il emplit ses poumons de l’air chargé d’odeurs. Puis il expira, satisfait. Il flâna quelques minutes sur la pelouse puis il s’assit dans l’herbe et s’allongea. Il sourit quand il sentit les brins d’herbe caresser son visage. Le petit blondinet murmura : “ Ô Dieux, qu’avez-vous prévu pour moi ? ”. Puis il mit une main devant sa bouche comme si il ne voulait pas que ses paroles s’envolent jusqu’à des oreilles indiscrètes.
Ven 3 Aoû - 21:16
Perdrix
habitation :
Un cottage au bord de la mer - très charming comme bâtiment
affiliation :
Nemos - { rang inutile }
particularités :
Diamant jaune au niveau de T7 ; ancré au niveau du processus épineux ; éclatante pierre au couleur du soleil
avatar :
Afuro Terumi - inazuma eleven { paradis }
Messages :
80
Date d'inscription :
26/07/2018
kosmo

Renaissances
adulées





Et elle court Asphodèle, et ses pieds légers arrachent les kilomètres tandis que la guerre grondait. Les larmes d’une acrimonie sanglante ceinturent son coeur d’une amertume sans nom. Elle hurle Asphodèle, furibonde et sanguinaire. Elle les veut voir mortes ces gemmes, trônant sur les éclats arrachés de leurs pierres. Les lippes s’échancrent d’une parodie de sourire, traîtrise s’écoulant dans les filins cinabres agitant son vivant. La haine est la symbiose de ses tourments, la mort l’apothéose de ses souffrances. Elle leur arrachera la gorge et se repaîtrera dans leur sang. Elle chantera sous leurs pierres s’éclatant.  

Les prismes azurées éclosent sous la ferveur de phébus. Asphodèle s’égare dans la nature miroitante, l’herbe effleure son derme satiné de gouttes opalescentes. Les songes neurastheniques lacèrent son esprit malade de souvenirs déformés par la rage. Les lieux sont le supplice infini quand Asphodèle se remémore. Mais les Dieux lui augurent de bien pires afflictions que réminiscences de ses crimes. Car les restes de Diamant Jaune s'éprennent d’une nouvelle vie. Glorieux trophée qu’elle avait arraché à la gemme sanglotante, les fragments n’étaient aujourd’hui que des boulets nourrissant avec abondance sa culpabilité.

Et l’azur s’effondre sous les reflets de la pierre miroitante, sous la chevelure incandescente d’un enfant. Et les lèvres se meuvent d’une frayeur exagérée tandis que la panique s’entiche de l’organe batifolant. L’encéphale était-il assez fallacieux pour lui mentir ? Les Dieux lui offraient-ils une chance de s’absoudre sous la bénédiction de l’Enfant-Roi ? Elle se souvenait de l’attachement craintif des gemmes à leurs Reines, de ces diamants gouvernant des millions d’êtres. Et ses pas la conduisent à lui, tandis que l’innocent s’allonge arguant les dieux pour de nouveaux songes. « Ils nous promettent toujours les soins d’Hadès.  » murmure-t-elle en réponse, terreur ceinturant son ventre. Et Asphodèle hésitait entre la fuite et le pardon.



BY MITZI


@Perdrix
Jeu 23 Aoû - 14:49
Asphodèle
habitation :
Cottage en bordudre de la ville du Nord
affiliation :
[ORDRE] - Force spéciales. Depuis sa création.
particularités :
Immortalité nacrant le creux de ses reins, Asphodèle jamais ne trepasse, Asphodèle épousera le sang des astres. (Age d'apparence, autour de la vingtaine)
avatar :
Coco - Jzvbeee (jzvbeee's art blog)
Messages :
44
Date d'inscription :
26/07/2018
yvridio
derniers souvenirs - asphodèle
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Les souvenirs...
» Les derniers Vikings
» Quelques souvenirs de fête ...
» Mes livres albums souvenirs...
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum